Fiche pour Streptopelia turtur

La tourterelle des bois


Introduction :

La Streptopelia turtur est présente dans toute l'Europe

Description :

Ordre des Columbiformes

Famille des Columbidés

Il existe quatre sous-espèces :

  1. Streptopelia turtur arenicola (nw Africa to Iran and w China)
  2. Streptopelia turtur hoggara (Air Massif and Hoggar Mts.. southern Sahara.)
  3. Streptopelia turtur rufescens (Egypte et Soudan)
  4. Streptopelia turtur turtur (w, c)

Répartition :




Taille : 29 cm
Envergure : 47 à 53 cm.
Poids : 150 à 225 g
Longévité : 13 ans

Maintenance :

Elle a besoin d'espace et de verdure pour se cacher surtout pour la reproduction.

Nourriture :

Mélange tourterelles et graviers en captivité. La base de la nourriture de la tourterelle des bois est constituée de graines, notamment celles des diverses espèces de fumeterres, de "mauvaises herbes", qui poussent dans les champs cultivés et les friches.

L'oiseau préfère prélever les graines murissant sur la plante plutôt que de les picorer à terre. C'est cette façon de collecter les graines sur les végétaux vivants qui oblige la tourterelle à rallier l'Afrique Tropicale en automne, les fumeterres européens disparaissant à cette époque. Dans une large mesure, la répartition de la tourterelle des bois coïncide avec celle des fumeterres. L'espèce se nourrit aussi de graines cultivées, soit à l'état de semences, soit sur la plante adulte.

Dans l'ex-URSS, la tourterelle consomme ainsi des grains de millet, une importante ressource commerciale, et elle est donc considérée comme une nuisance locale. Çà et là, on peut voir cette tourterelle picorer les graines distribuées à la volaille. Elle se nourrit aussi d'insectes et de petits mollusques qui représentent environ 3% de son régime alimentaire.

Le comportement :

C'est une espèce farouche et difficile à voir, qui se cache dans les feuillages, mais on peut l'apercevoir au loin sur les fils téléphoniques et en train de se nourrir à terre.

Des rapaces comme l'épervier et l'autour sont les principaux prédateurs naturels des tourterelles des bois.

Certaines d'entre elles, trop inexpérimentées, volent bas pour échapper au mauvais temps et tombent sous les plombs ou les filets des chasseurs. D'autre part, les pilleurs de nid, comme la pie, le corbeau ou le geai, prélèvent des oeufs, près d'un tiers, et des poussins. Leur impact est très sensible au début de la saison de nidification, lorsque les tourterelles adultes disposent de moins de nourriture et doivent abandonner plus longtemps les couvées pour glaner de quoi subsister. En conséquence, les petits nés plus tard, quand les graines de fumeterre sont abondants, ont de bien meilleures chances de survie.

Chez cette petite tourterelle, les deux sexes sont identiques malgré tout avec un oeil exercé on arrive par la couleur plus coloré de la poitrine à distinguer le male de la femelle qui est plus terne.

La tête et la calotte sont gris-bleu, les plumes de l'arrière du capuchon et de la nuque présentant souvent de vagues bordures brunes. Les côtés du cou portent des raies blanches et noires réparties sur 3 ou 4 rangées. Les scapulaires, le manteau et les couvertures alaires affichent une teinte marron-roux mais avec le centre des plumes noir, ce qui donne à ces parties un aspect fortement écailleux.

La longue queue arrondie noire est bordée de blanc, hormis les rectrices centrales. Les rémiges gris-bleu sont particulièrement visibles en vol. Le cou et la poitrine sont gris rosâtre. Le ventre et le reste des parties inférieures sont blanchâtres, plus clairs que ceux de la tourterelle Tourterelle des bois turque. L'oeil jaune est entouré d'un anneau rouge. Le bec est sombre, les pattes rosâtres.

Les juvéniles sont plus ternes et bruns. Le gris de la tête et du cou, le violacé de la poitrine sont remplacés par du brun éteint. Les liserés chamois roux pâle sont plus étroits aux scapulaires, aux rémiges tertiaires et aux couvertures alaires. Le centre noir des plumes est moins net. Tous ces caractères rendent l'aspect écailleux moins évident. Le cercle orbital est rosé et non rouge.

Chant :

Elle émet un roucoulement "rou-rr rou-rr rou-rr rou-rr" doux et ronronné, souvent répété pendant de longues périodes.

Habitat :

Dès la fin avril à la migration de septembre, la tourterelle est plutôt un oiseau des paysages ouverts parsemés d'arbres, de buissons, de haies et de bosquets. On la trouve souvent dans les fourrés bordant les terres cultivées, Tourterelle des bois où elle cherche l'essentiel de sa nourriture. Contrairement au pigeon ramier, la tourterelle se rencontre rarement sur les bâtiments des villes. Elle préfère, suivant en cela son naturel plus réservé, rester à l'abri d'une végétation de taille moyenne.

Distribution :

La tourterelle des bois est présente dans toute l'Europe, des Canaries jusqu'à l'Oural. Elle est toutefois totalement absente en Scandinavie.

On la trouve également dans l'ouest de l'Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie) et en Asie Mineure. En Asie, son aire se poursuit au delà de la mer Caspienne en Iran, en Afghanistan et jusqu'en Mongolie.

Quatre sous-espèces sont Tourterelle des bois officiellement reconnues : turtur,

la race type vit en Europe, dans le nord de la Russie, en Asie Mineure, dans les îles de la Méditerranée, à Madère et aux îles Canaries.

Arenicola est présente en Afrique du Nord, en Asie Centrale, à l'ouest de la Chine, en Mongolie, en Iran, en Irak et en Afghanistan.

La race hoggara vit au Hoggar, au Tibesti, dans les montagnes d'Algérie, au Niger et au Tchad.

La race rufescens vit dans la vallée du Nil, en Egypte et dans certains oasis de Lybie.

Les populations d'Europe migrent en automne. Elles prennent leurs quartiers d'hiver dans une large bande au sud du Sahara qui va de la Mauritanie jusqu'en Ethiopie.

Vol :

Son vol est rapide et assez brusque.

Nidification :

Lors de la parade nuptiale, le mâle attire la femelle en roucoulant à l'aide de courbettes répétées. Il gonfle sa poitrine et salue sa partenaire en abaissant le bec.

Le nid, installé à 1 ou 2 mètres du sol dans un arbuste ou un petit arbre il est une fragile plate-forme de brindilles. Il est parfois tapissé de radicelles et de petites tiges. Les adultes couvent à tour de rôle pendant deux semaines, la femelle la nuit, le matin et jusqu'à midi et le male l'après midi.

Tous deux nourrissent également les jeunes pendant trois semaines à quatre semaines ainsi que presque deux semaines après la sortie du nid.

Les premiers jours, comme tous les membres de la famille des columbidés, la tourterelle des bois nourrit ses jeunes d'une substance nommée "lait de pigeon". Riche en graisses et en protéines, elle est secrétée par le jabot. La fin mai et le début juin sont les temps forts de la ponte, mais les Tourterelle des bois oeufs peuvent reproduire jusqu'en septembre. Toutefois les oeufs pondus ou les jeunes éclos vers la fin de la saison, courent le risque d'être abandonnés, les adultes perdant alors l'instinct reproducteur au profit de l'instinct commandant la migration vers le sud avant l'hiver. La ponte compte d'ordinaire deux oeufs de couleur blanc rosé. L'incubation dure jusqu'à 14 jours.

Avec deux couples l'année 2015 a été une bonne année de reproduction avec 10 jeunes.

Migration :

Sédentaires en Angleterre, elles désertent les régions au climat rude dès la mi-septembre, elles traversent plus massivement la Belgique en octobre. Elles peuvent s'attarder en chemin et seraient alors « chassées » vers le midi par la neige et le gel. Elles ne sont pas toutes migratrices et restent parfois sur les lieux de reproduction.

Mutations :

Actuellement la mutation blanche est connue. Pour les autres couleurs, je ne sais pas mais il doit bien en exister au moins une autre couleur.

Législation

Je suis capacitaire pour détenir et élever cette espèce (capacitaire + ouverture d'établissement).

Protection / Menaces : L'espèce a beaucoup décliné en France depuis les années 1970. Deux raisons principales : elle est très chassée lors de ses passages dans les régions méditerranéennes. A cela, il faut ajouter la dégradation de son habitat due à la destruction des haies et l'utilisation massive de pesticides dans l'agriculture.

En revanche, l'éleveur qui les détient doit pouvoir fournir une preuve de I'origine licite des spécimens, ceci afin d'en interdire Ie braconnage. Le marquage par bague fermée et une attestation de cession en sont alors les meilleures preuves.

De plus, les individus doivent être comptabilisés dans les effectifs maxima définissant les élevages d'agrément. D'autre part, un éleveur capacitaire devra s'assurer qu'il dispose bien de ces espèces dans sa liste d'autorisation.

La Tourterelle des bois constitue un paradoxe car elle est considérée comme chassable bien quelle soit reprise à  l'annexe A du réglement européen 338/97 du 9 décembre 1996 relatif à la protection des espèces de faune et de flore sauvages par le contrôle de leur commerce. Dès lors les trois actions commerciales doivent être assorties d'un CIC.

Conclusion :

C'est un oiseau très agréable qui accepte de cohabiter avec d'autres oiseaux.

Mutation de Tourterelle des bois Phaéo.

Mis à jour le 13 Décembre 2018.